Catégories
Maison

Choisir et acheter une œuvre d’art contemporain : quelques conseils de base

Au-delà de toute règle, la collecte doit être une expérience personnelle dans laquelle nous sommes guidés par notre moi le plus profond, convenablement éduqués et formés. Chacun a ses propres goûts et crée sa propre collection en fonction de ceux-ci. En fait, je suis fermement convaincu que le plus grand risque qu’un collectionneur, ou même un acheteur occasionnel, doit prendre est essentiellement celui de mettre un objet qui lui plaît chez lui. Pour que votre achat d’art soit une expérience agréable, vous devez toutefois prendre quelques précautions. Voici donc un petit vade-mecum qui, nous l’espérons, vous aidera dans vos premiers pas dans le monde de la collection.

#1 Allez dans le monde de l’art

Cela peut sembler trivial, mais c’est fondamental. Avant de penser à acheter une œuvre d’art, commencez à fréquenter les foires d’art, les galeries (peut-être pendant les vernissages, lorsque c’est un peu moins gênant) et envisagez également de rejoindre certains groupes de jeunes collectionneurs. En bref, essayez de vous familiariser avec le marché, son offre artistique et les prix des artistes établis et des jeunes artistes, afin de vous faire une idée. Et pendant que vous y êtes, jetez un coup d’œil aux catalogues des maisons de vente aux enchères : les estimations peuvent vous donner des paramètres utiles pour évaluer si le prix d’une œuvre est conforme au marché ou exagéré.

#2 Soyez réaliste

L’achat d’une œuvre d’art, aussi bon marché soit-il, est toujours un achat important. Et si vous n’êtes pas l’Oncle Picsou, il est bon d’établir, dès le départ, combien vous pouvez vous permettre de dépenser, afin de comprendre ce que vous pouvez acheter et d’éviter les mauvaises déceptions. Mais n’oubliez pas que les œuvres d’art, comme tout le reste, peuvent aussi être achetées en plusieurs fois !

#3 Méfiez-vous des modes

« Il n’y a pas de gourou qui puisse voir à travers vos yeux », chantait John Lennon en 1970. Une phrase que je vous suggère de bien garder à l’esprit : faites-en votre règle, que vous souhaitiez acheter des œuvres d’art de manière occasionnelle ou que, avec le temps, vous décidiez de créer une collection, qu’elle soit grande ou petite. L’œuvre à acheter est toujours celle qui vous fait tomber amoureux et non celle qui est  » à la mode  » à une saison donnée. Suivre les modes, dans la plupart des cas, conduit à payer plus cher ce qui, à d’autres moments, pouvait être obtenu à des prix beaucoup plus raisonnables : cela est vrai, que l’on parle d’artistes établis ou d’artistes émergents sur la crête d’une vague. Essayez de développer votre propre goût et chaque fois que vous trouvez une œuvre qui vous plaît, demandez-vous si vous êtes prêt à payer ce montant ou s’il vous semble trop élevé.

#4 Acheter de l’art et non des « marques »

Ce troisième conseil est étroitement lié au précédent. De nos jours, il est très à la mode de parler de l’art comme d’un bon investissement, mais acheter de l’art pour de l’argent est la mauvaise chose à faire. D’abord parce que, dans la plupart des cas, le véritable investissement est la collection ; ensuite parce que les œuvres d’art ne sont pas comme les actions d’une société et que chaque œuvre d’un artiste a sa propre histoire. Acheter une Fontana juste pour avoir une Fontana n’a pas beaucoup de sens. Attention aux chasseurs de bonnes affaires ! Il vaut mieux acheter une excellente œuvre d’un artiste historique moins connu (qui a néanmoins sa place dans l’histoire de l’art, au moins au niveau national) que la croûte d’une star : la première a quelque espoir de réévaluation et est de toute façon une belle œuvre, l’autre restera toujours une croûte. La qualité est la chose fondamentale, celle qu’il faut toujours rechercher, même dans l’œuvre du jeune artiste le plus inconnu. Et c’est peut-être la partie la plus difficile du « travail » du collectionneur. Un « métier » qui s’apprend avec le temps, l’étude, le dévouement et même quelques erreurs.

#5 Ayez confiance en vous

Si vous êtes dans une galerie et que vous voyez une œuvre d’art qui frappe votre cœur, ne vous laissez pas envahir par la gêne et essayez d’en savoir plus, d’apprendre à la connaître et à connaître la personne qui l’a créée, mais n’oubliez jamais une chose : peu importe le nombre de questions que vous posez au galeriste, vous seul pouvez donner les réponses fondamentales, celles qui vous conduiront à l’achat ou non. Voici quelques questions simples que vous devriez vous poser pour comprendre pourquoi vous avez eu un coup de foudre soudain :

  • Comment ce travail me fait-il sentir ?
  • Pourquoi est-ce que j’aime tant ça ? Les couleurs, la forme, le sujet ?
  • Ou est-ce seulement l’envie de l’acheter qui m’excite ?
  • Est-ce que ça me fait voir le monde sous un angle différent ?
  • Ai-je déjà un endroit en tête pour l’accueillir ?

#6 Faites vos recherches

Si votre ventre est le baromètre de vos émotions, votre tête (cerveau) est l’outil qui doit vous protéger des achats imprudents. Comme mentionné au point 4, posez des questions et approfondissez votre connaissance de l’artiste qui a créé l’œuvre – surtout s’il s’agit d’un artiste émergent – afin de comprendre si cette œuvre est une œuvre importante dans la production de son auteur ou une parmi d’autres ; quel type de carrière artistique son créateur a (ou a). Certaines choses vous seront dites par le galeriste, d’autres peuvent être découvertes en faisant des recherches sur le web. En bref, faites vos recherches afin d’être conscient de ce que vous achetez et de sa valeur (prix). C’est comme pour l’achat d’une maison : vous avez peut-être vu des dizaines d’appartements similaires, mais un seul vous séduira, pour une série de raisons souvent difficiles à expliquer. Mais alors, avant de faire l’achat définitif, prenez le temps de tout vérifier de manière plus « rationnelle » et de faire toutes les évaluations nécessaires, afin de ne pas avoir de mauvaises surprises lorsqu’il sera trop tard.

#7 Évaluer la possibilité d’autres soutiens

Au-delà de toutes les évaluations, il se peut que la rencontre avec l’artiste de votre cœur se fasse de manière inattendue et que l’œuvre qui vous fait de l’œil ne soit pas dans votre budget : ne désespérez pas ! Aujourd’hui, les artistes travaillent sur une grande variété de supports, avec des gammes de prix très différentes, ce qui peut vous ouvrir des possibilités que vous n’aviez peut-être pas envisagées au départ. Par exemple, en achetant une de leurs œuvres graphiques ou un dessin au lieu d’une peinture. L’important est de demander : si le marchand d’art sait comment faire son travail, il vous répondra.

#8 Attention aux documents de l’œuvre

L’authenticité et la provenance sont désormais deux exigences fondamentales pour qu’une œuvre puisse être revendue. Et même si cela vous semble prématuré (vous faites votre premier achat), rappelez-vous que la loi stipule que la personne qui vend des œuvres d’art, et je cite textuellement, « est tenue de remettre à l’acheteur la documentation attestant de son authenticité ou au moins de l’attribution et de la provenance probables des œuvres elles-mêmes ». Ceci dans la mesure où l’authenticité est concernée. En ce qui concerne la provenance, en revanche, il vous suffit d’obtenir un reçu attestant que l’œuvre vous appartient. Il va sans dire que tous ces documents (authentification, reçus, etc.) doivent être conservés et suivre les travaux en cas de revente. Il s’agit d’une question complexe mais importante, j’en suis conscient. Pour l’instant, prenez-le comme une règle, puis nous y reviendrons plus en détail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.